Rechercher

Sabrina Albayrak



English and Spanish version below

Sabrina Albayrak, protectrice des libertés


En 2060, quel âge aurez-vous? À 80, 90 ou 100 ans, dans quelles conditions de vie aimeriez-vous finir votre existence? Ferez-vous partie de ces un Français sur trois qui auront plus de 60 ans?

Sabrina Albayrak, elle, a commencé sa vie dans une maison de retraite : «À un moment donné de notre vie, on a dû partir de chez nous et on a été relogés dans un appartement de fonction qui était au-dessus de la maison de retraite où travaillait ma mère, qui est aide-soignante auprès des personnes âgées. Du coup, le fait de vivre au-dessus de cette maison de retraite, ça veut dire que j’étais presque en permanence – quand je n’étais pas à l’école – dans l’établissement, avec les personnes âgées, avec les professionnels, avec les familles qui y étaient». (2’13). À six ou sept ans, à peine savait-elle lire et écrire qu’elle observait déjà le quotidien des personnes âgées: «J’y ai vu des choses incroyables! J’ai vu des couples se former, j’ai vu des fêtes extraordinaires sur plein de thèmes. J’ai vu des personnes âgées danser, chanter, être très heureuses». (2’51) Mais elle y a également découvert l’envers du décor: «Quand on est une personne extérieure et qu’on vient étudier des phénomènes comme la maltraitance, les inégalités, le non-respect des libertés. Eh bien, ce sont des choses qu’on ne peut pas voir. Il faut vraiment faire partie d’une structure pour comprendre toutes ces choses». (5’09) Elle a vu la maltraitance vécue par les résidents: «Ce que je me suis demandé à ce moment-là, c’est pourquoi on pouvait autant se permettre de faire de l’ingérence dans la vie d’une personne âgée. Est-ce qu’une personne âgée a moins de capacités à prendre des décisions? Est-ce que, à un moment donné, il y a un âge qui fait qu’on n’est plus considérés comme un être à part entière? Eh bah la réponse, je l’avais déjà! C’était non». (6’21)

C’est à partir de là qu’elle a eu le déclic de se dire qu’elle voulait travailler à améliorer la vie des résident.e.s et des soignant.e.s qui eux.elles aussi subissent beaucoup de mauvais traitements. Depuis la primaire, elle n’a rien lâché! Ses études, ses petits boulots: tout a été centré pour atteindre ce but. En 2016, elle reprend même ses études pour écrire une thèse qui l’a notamment conduite à une conclusion: «Le facteur le plus protecteur d’une qualité de vie dite positive pour les personnes âgées, c’est le respect des libertés. C’est pas le nombre de visite qu’elle va recevoir par semaine. C’est pas son état de santé. C’est pas ses troubles de la mémoire. Mais c’est bien cette notion de liberté». (8’35)

Aujourd’hui elle est docteure en santé publique, sociologue du vieillissement et directrice de la start up Arbitryum qui accompagne les Ephad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) à mesurer et à améliorer la qualité de vie des soignant.e.s et des résident.e.s. Cette création de start up a notamment été rendue possible par 21, l’accélérateur d’innovation sociale de La Croix-Rouge française. Un partenariat qui lui a également permis de créer, pendant la crise du Covid-19, Entraide, une plateforme gratuite qui permet aux soignant.e.s d’un côté et aux accompagnant.e.s de l’autre, d’échanger chacun.e entre eux.elles pendant la crise sanitaire. Sabrina Albayrak n’est pas représentative de la première image que l’on se fait d’une personne qui aide. Et pourtant, elle travaille à améliorer les conditions de vie de l’ensemble des personnes âgées à l’échelle de toute la France.