Rechercher

TATIANA

IMPOSSIBLE


Je devais avoir 8 ans et être en CM1 quand on a commencé à me harceler, surtout moralement puis physiquement. Au début mes parents n’étaient pas au courant et je ne savais pas vraiment pourquoi on me harcelait. Ça a duré 5 ou 6 ans.

Deux ans plus tard, je l’ai dit à mon frère, qui l’a dit à mes parents, mais comme ils étaient en plein divorce, ils n’avaient pas vraiment le temps de s’occuper de moi. Mon père m’a même dit que j’exagérais.

Puis je suis entrée au collège et le harcèlement s’est intensifié. J’ai découvert que c’était mes amis d’enfance qui faisaient en sorte que je me fasse harcelée, principalement parce que je n’étais pas physiquement comme les autres et j’avais quelques problèmes de santé qui me donnaient le droit de faire certaines choses.

Je pensais que le mieux à faire pour me protéger était de les ignorer, pour leur montrer qu’ils ne m’atteignaient pas.



LA PRISE DE CONSCIENCE


Quand ils ont commencé à insulter ma famille et mes proches, je ne pouvais plus ne rien dire et faire comme si ça ne m’atteignait pas. J’ai commencé à leur répondre, mais c’est tout ce que je pouvais faire car c’était un groupe de plusieurs garçons et je ne faisais pas le poids physiquement face à eux.



LE DÉCLIC


Ça ne leur a pas plus que je réponde, donc le harcèlement est devenu physique : ils me poussaient dans l’escalier, contre les casiers, me faisaient des croche-pattes, me mettaient des claques derrière la tête, etc. C’était de plus en plus difficile à supporter.



CHALLENGE


Après le divorce, environ 3 ans après l’avoir dit pour la première fois, comme ça devenait insupportable j’ai décidé d’en reparler à ma mère. Cette fois, elle m’a écoutée, elle a pris les choses en main et a appelé la directrice.



I’M_POSSIBLE


La directrice a convoqué les six garçons qui me harcelaient le plus et les a renvoyés temporairement. En sortant du bureau de la directrice avec ma mère, je me suis retournée et j’ai tiré la langue à mes harceleurs (comme j’étais au collège je ne me suis pas permise de leur faire un doigt d’honneur). J’avais enfin l’impression que justice avait été faite. Après cet épisode, ils ont arrêté de me harceler.


© Illustrations Guillaumit